Acte troisième – Scène XXIV

par Georges Grammat

Pélopidès redescend lourdement et va s’asseoir, la tête entre les mains, à côté d’Atticos. Agathon vient poser une main sur son épaule.

Agathon        Téléphas le disait : l’homme a fabriqué les Dieux, et pas l’inverse… Et le Dieu, à l’image de son créateur, se trompe autant que lui.

Un long temps. Atticos lève la tête.

Atticos        L’orage n’éclatera pas.

Un temps.

Agathon        Il passe…

Un temps.

Pélopidès        Comme hier…

Un temps.

Atticos        Et avant-hier…

Un temps.

Agathon        Pauvre Xanthippe…

Atticos        Elle a néanmoins sa Pyrrhine…

Pélopidès        Du Pirée, elles parleront…

Atticos        Du bon vieux temps…

Pélopidès        Des marins…

Agathon        Et des lentilles…

Un temps.

Agathon        Pauvre lièvre.

Atticos        Quel lièvre ?

Pélopidès        Un pâté que je viens de préparer.

Agathon        Enveloppé dans une feuille de figuier, avec des oignons…

Atticos        Avec du lard ranci ?

Agathon        Et quelques gousses d’ail.

Un temps.

Agathon        Au cimetière du Céramique, sur la tombe de Téléphas, nous le mangerons.

Atticos        Selon la coutume des vivants.

Agathon        En hommage aux disparus.

Pélopidès        Dans le respect des Dieux.

L’un derrière l’autre, ils grimpent l’escalier, au pas cadencé, raides, grotesques comme des pantins et pénètrent dans l’appartement. Un temps. Une lampe à huile s’allume.

<= Acte 3 – Scène XXIII                                                    Acte 3 – Scène XXV =>

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

Publicités