Acte troisième – Scène XV

par Georges Grammat

Pélopidès        Tu n’as pas répondu, Téléphas, que doit-il arriver, d’après toi ?

Téléphas        Je vois la foudre tomber sur mon olivier.

Pélopidès        Imagine-la plutôt fendre ce buste.

Téléphas        Zeus blessant un de ses enfants ? Voilà qui serait cocasse.

Pélopidès        Et le tonnerre qui suivra sera le cri de douleur d’un père.

Téléphas se prend la cuisse à deux mains.

Téléphas        Arrête ! Mon nerf ironique me lance.

Les deux hommes s’esclaffent. Xanthippe les regardent, ébaubie.

Xanthippe        Est-ce si drôle ?

Pélopidès / Téléphas    C’est l’orage.

Tous deux se tapent sur la cuisse devant une Xanthippe ahurie. Un temps et puis, elle se met à rire à l’unisson comme surgit Pyrrhine au balcon, besace à la main. Un temps.

Pyrrhine        Etes-vous tous devenus déments ?

Xanthippe / Téléphas / Pélopidès        C’est l’orage !

Pyrrhine        J’abomine que l’on s’amuse sans moi.

Xanthippe        Ne te plains pas, chérie, on pouvait choisir de s’amuser de toi.

Pyrrhine descend et remet la besace à Pélopidès qui la palpe.

Pélopidès        Il n’y manque rien ?

Pyrrhine        Fourbe ! N’y sens-tu point une coupe ?

Xanthippe        Une fiole aussi s’y trouve, emplie d’air marin.

Pyrrhine        Qu’afin, de nous deux, quelque souvenir tu gardes.

Agathon (off)        Holà !… Vous autres.

Tout le monde se fige à la voix d’Agathon.

<= Acte 3 – Scène XIV                                                        Acte 3 – Scène XVI =>

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

Publicités