Acte troisième – Scène XIX

par Georges Grammat

Arrive un Atticos essoufflé qui passe entre les autres, figés, et pose son baluchon et va s’asseoir à la fontaine pour se rafraîchir. Movoros s’écarte.

Atticos        Singulière façon de… me faire fête… J’ai bien cru ne… ne jamais arriver. A la porte Dipylon, l’essieu de mon chariot s’est rompu dans une fondrière et… Et je marche depuis… Et n’en puis plus… Va-t-on me laisser parler seul jusqu’à la nuit ?

Pélopidès        Tu portes les nouvelles, Atticos. D’où viens-tu ? Parle, je t’en conjure.

Atticos        Xanthippe, un peu de vin, je te prie ; ma gorge est plus desséchée qu’une pente de ravin. J’arrive de Kalamata.

Agathon        Par tous les Dieux ! Toi aussi ?

Xanthippe        Y as-tu vu Movoros ?

Atticos        Bonne Xanthippe, l’orage te monte à la tête : Movoros est devant toi qui t’admire et…

Agathon        Par les Dieux ! Abrège !

Atticos        Eh, bien, voici : Poniros – charmant homme –, à un vigneron de ses amis m’a présenté et…

Pélopidès        Tu as vraiment vu mon père ?

Atticos        J’ai vu un fier et noble vieillard de ce nom et, lui-même, nonobstant son âge, a tenu à me laver les pieds avant de me servir, de ses mains noueuses, à boire.

Pélopidès        C’est tout lui, en effet.

Atticos        Poniros se sent souffrant et attend ta visite.

Agathon        La visite de qui ? Dis vite ?

Atticos désigne Pélopidès.

Atticos        De celui-ci, son fils, Pélopidès.

Pélopidès empoigne Movoros.

Pélopidès        Eh, bien, qu’as-tu à répondre à cela, misérable ?

Movoros        Qu’un noble vieillard nommé Poniros ait un fils du nom de Pélopidès n’empêche en rien ta divinité.

Pélopidès        Vil insecte ! Tu ne me crois pas ?

Movoros se dégage, réarrange sa tunique et montre ses paumes, cauteleux.

Movoros        N’es-tu point le Dieu de menteurs ?

Agathon        Si un tel Dieu devant exister, il nous ferait douter de tous les autres.

Des éclairs. Un violent coup de tonnerre secoue l’assistance.

Pélopidès        Xanthippe, va donc chercher Téléphas, que je le salue une dernière fois.

Xanthippe, comme possédée, reste figée.

Pyrrhine        Celle-ci, depuis qu’elle est riche, ses fesses elle ménage.

Comme pour chasser une mouche, Xanthippe secoue la tête puis, lentement, monte l’escalier et entre chez elle.

<= Acte 3 – Scène XVIII                                                      Acte 3 – Scène XX =>

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

Publicités