Acte troisième – Scène XIV

par Georges Grammat

Pyrrhine, gracieuse, Xanthippe, plus empotée, descendent l’escalier comme des figurantes des Folies-Bergères.

Pyrrhine        L’ai-je bien descendu ?

Pélopidès        Mieux qu’en le montant, l’autre jour, en t’inquiétant du contenu de ma besace.

Pyrrhine virevolte sur sa sœur.

Pyrrhine        Tu le lui as dit, grosse vache.

Xanthippe        Meuhh.

Toutes deux viennent s’asperger à la fontaine que quitte Pélopidès.

Xanthippe        Pour le pâté de lèvre, bel esclave, tes ordres nous avons suivis.

Pyrrhine        En paix, il repose dans sa farce.

Xanthippe soupire et caressant son bras rond.

Xanthippe        Que le temps passe vite…

Pyrrhine        Et déjà, ce bel enfant nous quitte…

Xanthippe        Movoros nous reviendra peut-être.

Pélopidès        Ce sycophante, voilà longtemps qu’on ne l’a vu.

Téléphas ricane.

Téléphas        Sur les routes, il vante sans doute, et les mérites du dieu Hermès, et l’huile de Poniros ; après tout, l’un et l’autre apportent la lumière… Te manque-t-il vraiment ?

Pélopidès        Un peu de piment rehausse la cuisine.

Très fort roulement de tonnerre. Pélopidès va mettre son chapeau.

Pélopidès        Zeus me réclame. Je pars sur l’heure.

Xanthippe / Pyrrhine        Déjà ?

Pélopidès        Quoique Dieu, je crains la pluie. Dégustez donc le pâté en mon honneur. Pyrrhine, mon amie, va donc me chercher ma besace et… prends garde dans l’escalier !

Pyrrhine remonte en accentuant ses déhanchements. Elle rentre dans l’appartement.

<= Acte 3 – Scène XIII                                                         Acte 3 – Scène XV =>

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

Publicités