Acte premier – Scène III

par Georges Grammat

Movoros revient aussitôt par la gauche, à pas de loup. Il regarde de tous côtés puis tambourine à la porte. Un temps. Il s’assied sur une pierre. Un temps. Les merles se font entendre. De la gauche, arrive un couple. La femme, Pyrrhine, en longue tunique bleue, est maigre, pincée et porte de nombreux bijoux. Ses cheveux blonds sont noués par un ruban bleu en chignon bas, à la grecque. L’homme, Atticos, un homme au crâne dégarni, ventripotent et en tunique blanche, trottine derrière puis s’arrête et s’assied sur le rebord de la fontaine afin de souffler quelque peu. Il porte un panier d’osier. Pyrrhine, sa femme, se retourne, l’air excédé.

 

Pyrrhine        T’en viens-tu, Atticos ?

Atticos        Laisse-moi reprendre… souffle.

Pyrrhine        L’Agora est encore loin.

Atticos        Toi, tu es loin de l’Agora. L’Agora se trouve à sa bonne place et ne se dérangera pas pour ton bon plaisir.

Pyrrhine        Ha ! Pour tes sornettes, le souffle ne te manque guère.

Atticos essuie la sueur de son front.

Atticos        Cléonice et Bacchis pouvaient t’accompagner.

Pyrrhine        Il se fait que ce matin, j’ai besoin d’époux et non d’esclaves.

Atticos        Ces filles apprécient certainement ta soudaine sollicitude envers elles, ma chère : c’est si rare.

Pyrrhine        Il se trouve que l’esclave n’a pas à choisir ma garde-robe. Presse-toi ! Les meilleures étoffes s’envoleront avant notre arrivée.

Atticos        Allons, ma bonne, le bateau de Milet vient juste d’être déchargé.

Pyrrhine        Ha ! Tu ne connais pas les Athéniennes.

Atticos s’esclaffe en se tapant sur les cuisses.

Atticos        Par les Dieux, tu m’en empêches… et d’ailleurs, l’Athénienne bien née ne court pas à l’Agora dès potron-minet. Elle vaque à sa toilette dans le gynécée, et y dépêche ses esclaves. Tu bafoues mon honneur et tu te déconsidères aux yeux du voisinage. Oh ! je sais, tu te clames une femme libre… mais d’une liberté acquise sur les quais du Pirée.

Pyrrhine siffle entre ses dents, tel un serpent.

Pyrrhine        Perds donc ta maudire mémoire… et ton gros ventre. Et secoue-toi !

Atticos fait jouer ses doigts dans l’eau.

Atticos        Va.

Pyrrhine regarde son mari en secouant la tête. Elle le supplie.

Pyrrhine        Aide-moi, mon bon. Tu es un artiste.

Atticos soupire fortement.

Atticos        Nous prendre, moi pour un artiste, toi pour une Athénienne pure laine, c’est beaucoup demander à un fripier de l’Agora. Lui ment de naissance ; nous nous exprimons en parvenus.

Pyrrhine s’aperçoit que le sycophante la détaille avec insistance.

Pyrrhine        Ne crie pas si fort. On nous écoute. Quel est cet homme, planté devant la maison de ma sœur, qui me dévore des yeux ?

Atticos        Quelque affamé. Tu sens encore la sardine.

Pyrrhine lorgne sur le sycophante qui se lève, fait quelques pas.

Pyrrhine        Qu’il s’en prenne donc à cette grosse vache de Xanthippe puisqu’il rôde devant sa porte ; qu’attend donc Téléphas pour ouvrir son

échoppe ?

Atticos        Pourquoi se presserait-il ? Nul n’achète ses poteries.

Movoros, de loin, salue humblement.

Pyrrhine        Vois ! Cet homme te connaît. Qui cela peut-il être ?

Atticos montre ses paumes.

Atticos        Toute Athènes craint Movoros, le sycophante-huissier.

Pyrrhine        Il te salue bien bas.

Atticos se redresse, quelque peu pompeux.

Atticos        Je suis riche et respecté des Dieux. En revanche, mon mécréant de beau-frère a sans doute quelque dette pendante.

Pyrrhine s’offre un rire acide.

Pyrrhine        Ha ! Pas que la dette.

Atticos        Surveille ton langage, ma bonne, tu n’es plus sur le port.

Un temps.

Pyrrhine        Xanthippe non plus, mais… que l’huissier saisisse ses portes et la vache couchera en plein air.

Atticos        On saisit les portes des locataires. Ta sœur possède sa maison.

Pyrrhine        Viens-t-en donc ! Je n’ai pas envie de l’entendre meugler.

Pyrrhine, suivie d’Atticos, sort par la droite.

<= Acte 1 – Scène II                                                               Acte 1 – Scène IV =>

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

Publicités