Acte deuxième – Scène XIX

par Georges Grammat

Xanthippe remonte l’escalier. Un temps. On entend le vase qui se brise et Movoros entre à reculons par la gauche suivi par Pélopidès qui porte un baluchon. Mavoros paraît stupéfié, effrayé par le jeune homme qui tend son bâton vers lui.

Movoros        Que… que me veux-tu ?

Ils stoppent au milieu de la scène. Pélopidès, de l’autre bras, tend le baluchon à Xanthippe qui, ayant posé sa cruche, redescend.

Pélopidès        Prends ces grives, Xanthippe, pour ta belette et ses amis.

Xanthippe        Par Hermès ! Déjà, tu les as ?

Pélopidès        Par moi-même, oui, tombées tout droit de l’Olympe.

Xanthippe        Tu te moques.

Pélopidès        Est-ce important, Xanthippe ?

Xanthippe        Non.

Xanthippe prend le baluchon et remonte. Le bâton tendu est toujours dirigé vers un Movoros pétrifié.

Pélopidès        Eh bien, Movoros, m’as-tu dénoncé ?

Movoros        Dénoncé ?

Pélopidès        Ne suis-je pas un métèque ?

Movoros        Un… métèque ?

Pélopidès        Vas-tu répéter toutes mes paroles ?

Xanthippe, du haut du balcon, prend un ton gracieux.

Xanthippe       Tu me parais essoufflé, vermine, accepterais-tu un verre de vin ?

Movoros        Vin ?

Atticos parle à Téléphas en aparté.

Atticos        Serait-ce la nymphe Echo ?

Xanthippe entre vivement dans son logement pour en ressortir avec une coupe. Elle descend l’escalier.

Téléphas        Ne m’as-tu point dit que les nymphes inspiraient de nobles pensées ?

Atticos        Tu as raison, ami. Il ne s’agit point de l’une d’elles.

Pendant ce dialogue, Pélopidès, bâton tendu, et Morovos, contracté, restent figés. Xanthippe emplit la coupe à l’amphore et l’offre à Movoros.

Xanthippe        Bois, satyre.

Movoros regarde Pélopidès et, subjugué, porte la coupe à ses lèvres. Pélopidès le stoppe.

Pélopidès        O infortuné ! Et ta libation en mon honneur ?

Movoros        Honneur ?

Atticos        Voilà qu’il recommence à bégayer.

Xanthippe remonte à son balcon.

Téléphas        A-t-il jamais cessé ?

Pélopidès        Qui suis-je, par Zeus ?

Un temps.

Movoros        Je… je… je me suis laissé dire que tu étais… Hermès.

Pélopidès montre une paume.

Pélopidès        Fais donc ta libation et bois.

Précipitamment Morovos verse du vin à terre et boit goulûment. Les autres rient.

Pélopidès        Et maintenant, va t’asseoir sur cette pierre et causons.

Movoros s’exécute. Pélopidès s’assied au bord de la fontaine, ¾ dos. Les trois autres s’assemblent autour de lui. Movoros les regarde, l’un après l’autre, quelque peu inquiet.

Pélopidès        Nous allons débattre de l’amour.

Xanthippe        Enfant ! Te prends-tu donc pour Eros ? Nu, je t’ai vu, et tu ne portes pas d’ailes.

Atticos s’esclaffe.

Atticos        Les marins en portent-ils ?

Xanthippe        Les voiles les remplacent. Et puisque nous allons disserter de l’amour, cours donc quérir ta femme.

Pélopidès agite une main en signe de dénégation.

Pélopidès        Surtout, n’en fais rien ! Nous méditerons entre hommes sur ce grave sujet. Toi, Xanthippe, recherche ta belette et informe-là du repas qui l’attend.

Xanthippe        Va donc aux corbeaux, jeune présomptueux.

Xanthippe entre chez elle et en claque la porte.

<= Acte 2 – Scène XVIII                                                      Acte 2 – Scène XX =>

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

Publicités