Acte deuxième – Scène X

par Georges Grammat

Téléphas        Le brave homme.

Xanthippe        La fieffée effrontée.

Téléphas        Pyrrhine est enfant du Pirée.

Xanthippe se gratte le menton, pensive.

Xanthippe        Serait-ce de l’ironie ?

Téléphas        Tout juste un sarcasme.

Un temps.

Xanthippe        Doutes-tu encore de l’étrangeté de la journée ? Notre Pyrrhine qui brusquement passe ?

Téléphas        J’avoue ma perplexité.

Xanthippe s’assied sur le banc et sirote son vin. Téléphas retourne vers l’endroit où gisent les morceaux des vases, farfouille parmi eux et ramasse un morceau de celui représentant Pélopidès. Il va le montrer à Xanthippe.

Téléphas        De Pyrrhine, on peut attendre le pire…

Xanthippe        Il est divin, même en morceaux.

Téléphas        Sois heureuse, ma bonne : les morceaux sont entiers.

Xanthippe        Est-ce aussi un sarcasme ?

Téléphas        Une simple constatation.

Ils se regardent. Un temps. Xanthippe pose sa coupe, prend le morceau de vase des mains de Téléphas, le contemple. Téléphas va se planter devant la statue.

Xanthippe        En étais-tu satisfait ?

Téléphas        Certes… Oui… Pélopidès, je le reconnais… avec le sentiment de regarder l’œuvre d’un artiste. D’un vrai.

Xanthippe        Le regard clair de l’enfant a purifié le tien. Sa main légère a guidé la tienne. Je ne voudrais pas te fâcher, mais… l’arrivée de ce jeune…

Téléphas        Non ! Xanthippe. Quelque logique se doit de lier ces événements ; inutile d’y rechercher l’empreinte d’un dieu de pacotille. Demande au voyageur tombé dans le ravin, à la femme répudiée, au mourant que la peste emporte… Que leur apporte ce dieu de service ?

Xanthippe       Avec le vin, un certain réconfort. Tu choisis bien mal ton exemple.

Téléphas        A ton aise. Oublions celui-ci mais, les autres, les autres locataires de l’Olympe si bien décrits par l’aède, ils se chamaillent, se trompent et s’épient. La compassion, ils ignorent. Tout ceci n’est qu’un tissu d’absurdités. J’attends encore de voir un dieu – un vrai – bon et charitable en face de moi.

Xanthippe        Pélopidès. Un jeune homme de qualité : une denrée rare. Il arrive et révèle ta nature… La sienne aussi.

Téléphas        Xanthippe !

Xanthippe        Viens donc faire la sieste.

Xanthippe reprend sa coupe, boit un peu, va en s’esclaffant verser un peu de son vin au pied de la statue de Dionysos, embrasse la joue de son mari puis remonte et disparaît dans l’appartement. Téléphas boit, la suit du regard et murmure.

Téléphas        Seule ta présence à mes côtés me ferait douter.

Téléphas s’emploie à ramasser les coupes vides éparses. Un temps. Téléphas  regarde vers la droite.

<= Acte 2 – Scène IX                                                             Acte 2 – Scène XI =>

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

Publicités