Acte deuxième – Scène VI

par Georges Grammat

Tous trois boivent. Un temps. Réapparaît Xanthippe sans l’amphore.

Téléphas        Le Barbare se trouve en grand nombre… et de plus ne pratique guère l’amour grec. L’image de la femme épanouie réjouit ses yeux et rassure sa compagne qui, en Xanthippe, se reconnaîtra. Tu sais, mon bon Atticos, combien l’Orientale est grasse.

Xanthippe s’accoude au balcon et pouffe.

Xanthippe        Sur une cassette de raisins secs, ma chère sœur, tes rides pourraient séduire quelque producteur de Corinthe.

Pyrrhine        Que les enfers t’engloutissent, scélérate.

Atticos quitte la fontaine et va s’asseoir à côté de sa femme, lui tapotant le genou.

Atticos        L’idée me paraît excellente. Qu’en penses-tu ?

Pyrrhine se dresse et jette sa coupe à terre.

Pyrrhine        Ne vois-tu pas que cette truie me ridiculise ?

Atticos la fait rasseoir.

Atticos        Xanthippe t’aime : ne vient-elle pas d’essuyer une tache qui te déshonorait ?

Xanthippe        Imagine tous les marins que tu as honorés, les fiers rescapés de Salamine, qui te reconnaîtront nonobstant leur grand âge.

Pyrrhine se redresse.

Pyrrhine        Descends que j’arrache tes faux-cheveux !

Atticos la fait brutalement se rasseoir.

Atticos        Suffit ! femme. Souviens-toi d’où tu viens, Pyrrhine, et de ce que, grâce aux Dieux et à moi-même, tu es devenue.

Téléphas avance sa haute silhouette jusqu’à Pyrrhine.

Téléphas        Personne ne cherche à te ridiculiser, Pyrrhine. Tous nous nous battons avec nos moyens, petits ou grands, et ceci simplement pour survivre. Laisse-moi te dire, devant ton mari, devant ma femme, qu’il vaut mieux offrit ta silhouette au monde sans la galvauder en mimant l’amour, comme tu le fais. Ta beauté, toute différente de celle de Xanthippe, fait que nombre d’hommes t’admirent, quantité de femmes te jalousent. Montre-toi comme les Dieux t’ont faite… en toute dignité.

Atticos se frappe la cuisse.

Atticos        Comme les Dieux t’ont faite,  dis-tu ? Que t’arrive-t-il, mon bon Téléphas, tu t’oublies !

Téléphas        Le mécréant lui-même se défend mal contre ce qui l’a créé.

Atticos        Que veux-tu dire ? Je ne te suis pas.

Téléphas        Dieux, jarres d’huile ou cassettes de raisins secs : tout réside dans la façon de les vendre. L’homme a vite compris que seul compte l’emballage. La femme aussi qui, des ruelles du Pirée aux places selectes de Corinthe, affûte son rouge à lèvres. Notre crédulité me paraît sans limites.

Atticos secoue sa coupe vide.

Atticos        Allons, cher beau-frère, vas-tu te mettre, à l’instar de ces femelles, à philosopher aussi ? Donne-nous à boire, Xanthippe, et que la beauté de nos femmes rayonne sur l’univers.

Téléphas regarde sa coupe et murmure.

Téléphas        Tu raisonnes en commerçant et… me voilà qui t’approuve.

Xanthippe entre dans sa maison.

<= Acte 2 – Scène V                                                              Acte 2 – Scène VII =>

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

Publicités