Acte premier – Scène I

par Georges Grammat

Le rideau se lève au son aigrelet et joyeux d’une flûte de Pan. L’action se passe à Athènes, au temps de Praxitèle. Ciel bleu. Une ruelle. A gauche, en avant-plan, deux colonnes encadrent l’amorce d’une fontaine sur le rebord de laquelle trois personnes peuvent éventuellement s’asseoir. (On peut entendre en sourdine l’eau qui coule) Au fond, la boutique d’un potier dont la double porte est fermée. A sa droite, un escalier mène au balcon de l’étage. En décor, un chêne masque en partie l’Acropole. Au pied de l’escalier, en angle, sur l’avancée de la maison qui jouxte la boutique, un olivier parmi les pierres. Une amphore couchée y figure. Une grosse pierre aussi sur laquelle on peut s’asseoir. Un banc en biais devant l’arbre. A droite, au premier plan, une statue de Dionysos. On entend le chant du coq.

Entre, par la gauche, un grand jeune homme à l’allure d’adolescent, à la démarche nonchalante : Pélopidès. Une courte tunique blanche l’habille. A son poignet droit, une chaînette d’or brille. Il porte une besace et tient un bâton. Un large chapeau cache sa blondeur. Pélopidès passe devant la boutique, revient sur ses pas, palpe l’olivier puis s’assied sur le banc. Un temps. Des merles croassent.

Acte 1 – Scène II =>

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

_

Publicités